Accueil

A la une

Le Sénat grave le Lyon-Turin dans le marbre de la LOM

Du 19 au 22 mars, le Sénat a examiné en première lecture le projet de Loi d’Orientation des Mobilités (LOM). Comme on pouvait s’y attendre, le volet du texte relatif à la programmation des infrastructures a été âprement discuté. Dans un contexte budgétaire contraint, beaucoup de sénateurs ont légitimement défendu les grands projets routiers, ferroviaires ou fluviaux utiles à leur territoire.

Aucun des amendements déposés en ce sens n’a été adopté…sauf un : celui défendu par le sénateur Les Républicains de l’Isère Michel SAVIN (photo). Cosigné par une trentaine de ses collègues, cet amendement consacre la spécificité internationale de la liaison Lyon-Turin considérée dans son ensemble, c’est à dire "le tunnel transfrontalier livrable en 2030 et les voies d’accès à l’ouvrage" qui forment un tout cohérent. Un principe en parfaite résonnance avec le discours inlassablement porté par le Comité pour la Transalpine.

"Alors qu’une partie du gouvernement italien veut tenter de renégocier les accords internationaux sur le projet et que l’Union Européenne n’a pas vraiment été satisfaite des curieuses propositions du rapport Duron sur les voies d'accès, il est essentiel de lever toutes ambiguïtés sur l’engagement de la France en le gravant dans le marbre de la loi, confie Michel SAVIN. C’est d’autant plus logique qu’en plus de leur portée internationale, les voies d’accès françaises répondent aux grandes priorités affichées par la LOM : transition énergétique, mobilité du quotidien, développement du fret ferroviaire…"

Durant les débats, la ministre des Transports a souligné que "l’engagement de la France est très clair sur la section internationale et naturellement, en cohérence, sur la réalisation des accès". Considérant qu’un travail a été engagé par l’Etat avec les élus locaux pour un phasage plus sobre des accès et qu’il existe d’importantes possibilités de co-financement par l’UE, on imagine mal dans ces conditions que cet amendement soit remis en cause lors de l’examen du texte à l’Assemblée Nationale début juin.

Ils ont dit

Avec le Lyon-Turin, « réconcilier modernité et écologie »

Dimanche 3 mars, Emmanuel MACRON était l’invité...

Dimanche 03 Mars 2019
13