Accueil

Zoom

POUR UNE PROGRAMMATION RÉALISTE DES ACCÈS FRANÇAIS AU TUNNEL DE BASE

Jeudi 1er février, le Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI) a remis son rapport au gouvernement. Ses propositions sur le Lyon-Turin suscitent de vives réactions de la part des acteurs politiques et économiques de la région. Si le rapport confirme que le tunnel transfrontalier est bien un chantier « acté » (livraison à l’horizon 2030), il recommande de repousser l’aménagement des voies d’accès françaises au-delà de 2038.  D’ici là, le COI propose d’investir 700 M€ pour des travaux transitoires sur une ligne structurellement inadaptée à un axe de fret massifié de dimension européenne. Sous-utilisation des capacités du tunnel transfrontalier, impossibilité d’opérer un report modal massif de la route vers le rail pour lutter contre le réchauffement climatique, pas d’amélioration des dessertes voyageurs entre Lyon et les villes du sillons alpins… La Transalpine s’interroge sur les propositions de ce rapport qui ne prend pas en compte l’ensemble des données stratégiques de ce dossier.

Télécharger l’analyse de la Transalpine

Brèves

Le Président de la Transalpine Jacques Gounon met son poids dans la balance pour réintégrer les...

Jeudi 22 Février 2018

Ils ont dit

"La France et l’Italie m’ont assurée que les engagements, pris au plus haut niveau, seront maintenus (…) Le Lyon-Turin n’est pas seulement un...

Vendredi 16 Février 2018
13