Accueil

A la une

PAROLES D’EXPERTS / « Sur le Lyon-Turin, on a 20 ans de retard »

Etonnamment, les médias ne sollicitent presque jamais l’avis des professionnels du fret ferroviaire dans les débats sur l’utilité du Lyon-Turin. Un choix d’autant plus étrange que ces professionnels sont les premiers concernés et que leur expertise apporterait un utile contrepoint aux avis des militants associatifs opposés au Lyon-Turin.

Mercredi 8 juillet, l’alliance 4F, qui rassemble l’ensemble des opérateurs et acteurs du fret ferroviaire français, était auditionnée en visioconférence par la Commission Développement Durable de l’Assemblée Nationale pour présenter son ambitieux plan de relance de la filière. Interrogé sur le Lyon-Turin par le député Jean-Luc FUGIT (LREM), Franck TUFFEREAU, Délégué général de l’Association Française du Rail et coordinateur de l’alliance 4F, a répondu de manière claire et pédagogique.

"Le Lyon-Turin nous semble une infrastructure essentielle"

"Il y a un fait indéniable, c’est qu’aujourd’hui, les liaisons France-Italie pour le fret dans le secteur des Alpes sont saturées."  Soulignant les fortes pentes et le profil de la ligne existante "qui limitent les flux et les valeurs de charges", il a rappelé la nécessité de recourir à "des pousses obligatoires qui nécessitent une logistique technique impressionnante pour pouvoir passer ces flux." Les pentes abruptes (33 ‰) de cette ligne du XIXè siècle exigent en effet deux voire trois locomotives (photo) pour tracter à vitesse réduite des trains de faibles volumes. Les surcoûts d’exploitation dissuasifs sont de l’ordre de 40% par rapport à une ligne en profil de plaine comme le sera la future liaison Lyon-Turin.

Le coordinateur de l’alliance 4F poursuit : "Je dis simplement que sur le Lyon-Turin, on a 20 ans de retard. Il y a plus de 20 ans, les Suisses ont dit « on ne veut plus de camions dans nos montagnes mais en contrepartie on creuse sous les montagnes pour faire passer des trains. » Aujourd’hui, on a des tunnels qui traversent toutes les Alpes entre l'Allemagne et l’Italie et ces tunnels sont extrêmement performants. Le Lyon Turin, pour nous, c'est donc quelque chose qui traine depuis trop longtemps et qui nous semble être une infrastructure essentielle pour désenclaver les Alpes et favoriser les échanges entre la France et l'est de l'Europe."

Ils ont dit

« Le Lyon-Turin est un projet stratégique »

Jeudi 9 juillet, le ministre des Transports Jean-Baptiste DJEBBARI...

Jeudi 09 Juillet 2020
13