Accueil

A la une

COALITION/Une alliance inédite pour booster (enfin!) le fret ferroviaire

SNCF et opérateurs privés, associations professionnelles, industriels, chargeurs… tous les grands acteurs de la filière française du fret ferroviaire sont désormais réunis sous la bannière 4F, acronyme de « Fret Ferroviaire Français du Futur ». Une coalition inédite, dont fait partie le Comité pour la Transalpine, réunie autour d’un objectif clair : structurer un ensemble de mesures vigoureuses pour doubler la part des marchandises transportées par le rail en France d’ici 2030.  

Alors que le fret ferroviaire est depuis trop longtemps dans l’angle mort des politiques de transport, les acteurs du secteur ont décidé de prendre leur destin en main et de jouer la carte de la proactivité. Plutôt que d’attendre un énième plan de relance sans lendemain concocté dans les couloirs ministériels, les professionnels ont fait cette fois le pari de la mise en synergie de leur expertise. Au terme de plusieurs semaines de travail par groupes thématiques, la coalition a remis sa copie au Secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Jacques Djebbari. Investissement dans les infrastructures, dispositifs d’accompagnement, innovations techniques et organisationnelles… ce plan global s’articule autour de 30 propositions concrètes réparties en 10 axes. 

Depuis 10 ans, le fret ferroviaire français stagne en milieu de tableau européen

Au sortir de la crise du Covid, qui a confirmé l’efficacité et la robustesse de la filière, et face au défi climatique, la démarche portée par 4F a un peu des allures de mission dernière chance. Avec une part moyenne annuelle de 9% à 10% dans le transport terrestre de marchandises depuis dix ans, le fret ferroviaire français stagne en milieu de tableau dans le classement européen du secteur, loin derrière le duo de tête constitué par l’Autriche et la Suisse avec respectivement 32% et 35%.

Une aberration au regard des immenses vertus socio-environnementales de ce mode de transport en termes de limitation drastique des émissions de CO² et de gaz polluants, de réduction des nuisances sonores, d’amélioration de la sécurité routière, de décongestion des axes routiers… A cela s’ajoute les formidables potentialités du secteur en matière de création d’emplois et d’optimisation de toute la filière logistique française. Autant d’atouts qui fondent le projet de liaison Lyon-Turin dont près de 80% de la capacité sera dédiée au fret et qui permettra de connecter les grands corridors européens.

Ils ont dit

« Le Lyon-Turin est une initiative phare. Il s’inscrit parfaitement dans le cadre du Green Deal »

Pendant le...

Jeudi 02 Juillet 2020
13