GÉOSTRATÉGIE / Le Lyon-Turin, maillon des « Nouvelles routes de la Soie »

Lundi 01 Avril 2019

On a beaucoup parlé cette semaine des « Nouvelles routes de la soie » à l'occasion de la visite officielle du Président chinois Xi JINPING. Avec ce gigantesque programme lancé en 2013, l’Empire du Milieu prévoit d'investir près de 1000 milliards de dollars dans des infrastructures de transports terrestres et maritimes, en particulier en Europe où la Chine a déjà mis la main sur le port du Pirée. Inspiré des chemins commerciaux qu'empruntaient au Moyen-Age les caravanes chargées de tapis et d'épices, ce nouveau réseau de liaisons est évidemment destiné à étendre les capacités d’exportation de la Chine.

Les chemins de fer occupent une place de choix dans ce programme. A ce jour, il existe déjà des liaisons ferroviaires entre 16 villes chinoises et 15 villes de Russie et d'Europe. Certes plus cher que la voie maritime, le train est beaucoup plus rapide et bien moins polluant. Un train de marchandises met ainsi seulement deux semaines pour relier la Chine à la France contre 45 jours pour un cargo. Historiquement et géographiquement, la future liaison Lyon-Turin est un point de passage naturel et stratégique de ces nouvelles routes commerciales via l'Europe continentale ou le détroit du Bosphore.

Des menaces et de belles opportunités

Face au géant chinois, le risque est évidemment de voir arriver de Chine des trains débordant de marchandises bon marché et de les voir repartir nettement moins remplis dans le sens inverse. Mais l'Europe peut assurément tirer son épingle du jeu avec une foule de catégories de produits à haute valeur ajoutée pour lesquels les classes moyennes et supérieures asiatiques, en très forte progression, représentent un gigantesque marché. Cet équilibre des échanges repose toutefois sur le respect de quelques règles du jeu.

La garantie de réciprocité dans l'ouverture des marchés chinois et européens est un premier principe essentiel. Tel était le thème principal de la rencontre inédite qui s'est tenue mardi 26 mars à l'initiative d'Emmanuel MACRON avec Xi JINPING, Angela MERKEL et Jean-Claude JUNCKER (photo). Autre principe majeur mis en avant lors de cette rencontre : l'UE doit impérativement montrer une unité sans faille face à la puissance chinoise. Une unité fragilisée par le gouvernement populiste italien qui vient de conclure avec la Chine des accords bilatéraux dans le cadre des "Nouvelles routes de la Soie"…tout en tournant le dos à l’Europe à travers la souhait de faire dérailler le Lyon-Turin.

2019
Telex

actus

2179

2015

2014

2013

2012

2011

2000

2016

2010

2009

2008

2007

2017

2018

2019

Lien de la page