INFRASTRUCTURES / La grande vitesse ferroviaire coupe l’Italie en deux

Lundi 10 Février 2020

Après plus d’un an d’obstruction par les populistes du Mouvement 5 Etoiles, le Lyon-Turin a fait dérailler cet été le gouvernement italien. Le nouvel exécutif a, depuis, solennellement confirmé son engagement à réaliser la nouvelle liaison. Sous les feux des projecteurs en Italie, le Lyon-Turin s’inscrit en fait dans un débat beaucoup plus large. En (très) petite forme économique, la péninsule est en pleine réflexion sur une relance de la croissance par de forts investissements pour développer les infrastructures ferroviaires. 

L’étude publiée récemment par l’université Federico II de Naples devrait alimenter les débats. Elle met en lumière une Italie divisée en deux : d’un côté, les 12 villes (avec 20 millions d’habitants dans les zones métropolitaines) reliées chaque jour par 303 trains à grande vitesse, et de l’autre les villes qui ne sont pas connectée au réseau.

Dans les régions les plus riches (avec un revenu par habitant supérieur à la moyenne), les villes équipées de gares à grande vitesse ont vu croître leur PIB de 10% au cours de la décennie 2008-2018 contre 3 % pour les villes situées à plus de deux heures d’une gare grande vitesse. Dans les régions moins riches, les villes avec des gares grande vitesse ont eu une augmentation de 8% contre 0,4% pour les villes situées à plus de deux heures.

2020
Telex

actus

2266

2015

2014

2013

2012

2011

2000

2016

2010

2009

2008

2007

2017

2018

2019

2020

Lien de la page