Emmanuel MACRON, Président de la République

Lundi 13 Septembre 2021

“Les décennies qui viennent seront les décennies du fret ferroviaire”

 

Lundi 13 septembre, le gouvernement a dévoilé se stratégie nationale pour relancer le fret ferroviaire. Objectif affiché : doubler, d’ici 2030, la part modale du rail pour le transport de marchandise. Enième annonce ronflante ou véritable redressement durable de la filière ? Ces 25 dernières années, "toutes les belles intentions proférées à l’égard du fret ferroviaire n’ont presque jamais été suivies d’effet. À tel point qu’aujourd’hui, il ne capte que 9 % des marchandises, alors que chez certains de nos voisins, ce chiffre atteint 30 %" a observé le ministre des Transports en soulignant les vertus écologiques du fret ferroviaire.

Le Lyon-Turin, chantier "majeur au service du fret ferroviaire"

L’intérêt de ce nouveau plan tient au fait qu’il repose principalement sur les attentes et propositions des grands acteurs de la filière - opérateurs, industriels, chargeurs…-  rassemblés au sein de la coalition inédite 4F (dont fait partie le Comité pour la Transalpine). Ainsi, le gouvernement confirme que les 170 M€ d’aides annuelles accordées au secteur pendant la crise sanitaire seront pérennisées jusqu’en 2024. A cela s’ajoute donc les 72 mesures de la stratégie nationale qui portent à la fois sur l’exploitation mais aussi sur les infrastructures.

S’agissant spécifiquement du Lyon-Turin, la section transfrontalière de la liaison (le tunnel sous les Alpes) est clairement considérée comme un chantier "majeur au service du fret ferroviaire" dans une logique européenne. Sur le territoire français, le contournement de Lyon, la modernisation du réseau existant et la réalisation des voies nouvelles d’accès au tunnel transfrontalier sont également évoqués comme des "besoins d’ores et déjà identifiables". Reste maintenant à clarifier les calendriers et les financements, étape majuscule attendue par l’Europe, l’Italie et les acteurs politiques et économique du territoire.

Nouvelle impulsion pour les grands projets   

Dans ce registre, on notera les déclarations encourageantes du Président de la République lors de la célébration, vendredi 17 septembre à Paris, des 40 ans du TGV. Emmanuel MACRON a évoqué l’importance de 6 grands projets ferroviaire structurants. Ces derniers mois, trois d’entre eux ont officiellement fait l’objet d’engagements financiers à hauteur de 6,5 Mds€ par le Premier ministre : LGV Bordeaux-Toulouse (4,1 Mds€), ligne Marseille-Nice (1,3 Mds€) et ligne Montpellier-Perpignan (1 Mds€).

Le chef de l’Etat a également mentionné le Lyon-Turin dont la section française peine pourtant à être programmée. Rappelons que les travaux de cette section (140 km entre Lyon et l’entrée du tunnel franco-italien en Savoie) ont été déclarés "d’utilité publique et urgents" (sic) en 2013, qu’ils sont depuis peu éligibles aux plus forts taux de subventions européennes (jusqu’à 50%), et que les collectivités locales, à commencer par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, sont prêtes à prendre leur part à son financement. L’enjeu est essentiel puisque le Lyon-Turin doit permettre de massifier le fret ferroviaire sur un axe européen stratégique. Une ambition en résonnance avec les déclarations du chef de l’Etat : « Les décennies qui viennent seront les décennies du fret ferroviaire. C’est un pari industriel, écologique et d’aménagement du territoire ! ». Les populations sur l’axe Lyon-Turin n’attendent que ça !

2021
Ils ont dit
2391

1994

1996

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

2020

2021

actus

Lien de la page