Jean-Baptiste DJEBBARI, Ministre des Transports

Dimanche 05 Septembre 2021

Section française du Lyon-Turin : « Je souhaite que les choses avancent très rapidement en vue de prendre position en début d’année 2022 »

C’est au son de l’hymne européen que le "Connecting Europe Express" a fait son entrée dimanche 5 septembre en gare de Chambéry. Initié par l’Union Européenne, ce train pas comme les autres est parti de Lisbonne le 2 septembre. Jusqu’à sa destination finale à Paris le 7 octobre, il sillonnera 26 pays et s’arrêtera dans 100 villes européennes. Animations, expositions, forums, rencontres…rythmeront ce périple de cinq semaines destiné à sensibiliser les citoyens européens à la nécessité de privilégier le train comme mode de déplacement éco-responsable, rapide et sûr.

L’étape Chambérienne, organisée par le maître d’ouvrage TELT et la SNCF, avait naturellement une forte dimension symbolique avec, en toile de fond, la réalisation de la future liaison Lyon-Turin. Autour du ministre des Transports Jean-Baptiste DJEBBARI, de nombreuses personnalités étaient donc présentes pour accueillir le convoi et les représentants de la Commission européenne.

Au-delà des satisfécits sur l’avancée du chantier du tunnel transfrontalier et de la célébration des grands enjeux écologiques et économiques du Lyon-Turin, une large part des prises de paroles s’est concentrée sur l’urgence d’accélérer la programmation des voies d’accès a l’ouvrage. « Les nouveaux accès existeront et nous y travaillons. Comme vous le savez, trois scénarios sont aujourd’hui à l’étude avec l’objectif de tenir en décembre un prochain Comité de pilotage qui devra faire le choix d’un scénario préférentiel (…) Je souhaite que les choses avancent très rapidement en vue de prendre position en début d’année 2022 » a assuré le ministre, sans pour autant donner de précisions sur le calendrier de démarrage des travaux. 

Un sommet franco-italien à Chambéry ?

Tous les élus du territoire ont donc vigoureusement plaidé son accélération, à commencer par le maire de Chambéry Thierry REPENTIN (PS) puis le député Patrick MIGNOLA (Modem) qui a lancé au Président de la République une invitation pour organiser le prochain sommet franco-italien en Savoie afin de boucler le plan de financement et de lancer rapidement les travaux de la section française.

Pour Hervé GAYMARD, Président du Département de la Savoie (LR), "la balle est dans le camp du gouvernement (…) Les Savoyards veulent que ça aille vite. Mon appel se résume en trois syllabes : il faut DÉ-CI-DER." Même tonalité chez Frédéric AGUILERA, nouveau Vice-Président aux Transports de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (LR), qui a rappelé les enjeux du Lyon-Turin pour la 1ère région industrielle de France. Josiane BEAUD, Cheffe de la délégation française à la Commission Intergouvernementale sur le Lyon-Turin, a quant à elle bien posé le processus en cours de définition du tracé français et les mis en lumière les  prochaines étapes.

"Il ne faut plus jouer à cache-cache"

Les propos les plus incisifs ont été prononcés en italien : "Il faut abattre les cartes et ne plus jouer à cache-cache. Le risque est de ne pas bénéficier des subventions européennes » a alerté Paolo FOIETTA, Chef de la délégation italienne à la Commission Intergouvernementale sur le Lyon-Turin, en assurant que l’Italie était prête à tenir les calendriers.

Quant aux représentants de la Commission Européenne, Iveta RADICOVA et Herald RUIJTERS, ils ont invité les parties prenantes à faire preuve d’ambition et de célérité tout en les assurant du soutien de l’UE. On sait que la Commission de Bruxelles est particulièrement active pour promouvoir l’accélération de ce dossier éminemment stratégique au regard des objectifs climatiques et économiques de l’UE. Le ministre des Transports a confirmé les possibilités de financement européens jusqu’à 50% pour la section française.

A noter enfin les propos engageants du PDG de SNCF Réseau Luc LALLEMAND : "Concernant les voies d’accès françaises du Lyon-Turin, SNCF Réseau sera au rendez-vous et son expertise sera au service des décisions qui seront prises". Nul doute que les élections présidentielles et la future présidence française de l’UE permettront de donner davantage de visibilité à ce volet capital du dossier.   

 

2021
Ils ont dit
2389

1994

1996

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

2020

2021

actus

Lien de la page